Une activité à visée thérapeutique

Entretenir et rendre beau le lieu dans lequel on vit, c’est créer un environnement propice à son épanouissement personnel, c’est participer à rendre les lieux agréables à vivre pour les autres. La décision de prendre soin de soi et de son entourage s’incarne…
Et chaque geste peut devenir symbole. Arracher les mauvaises herbes peut devenir enseignement si on se demande « quelles sont les mauvaises herbes de ma vie ? ».

Et si le jardinage nous invitait à la transcendance ?

Aimer le jardin, aimer la terre, aimer les plantes : aimer et entrer en relation avec la nature, le jardin d’ornement étant le lieu de cette rencontre. La nature et les plantes se contentent de pousser et de vivre dans l’instant. Jardiner devient une invitation à s’ancrer dans l’ici et maintenant.

La jonquille est simplement elle-même. Elle ne proclame pas une existence séparée : « moi » et le reste de l’univers.  La contemplation de la nature peut donc aider à se  libérer de ce « moi », le grand fauteur de troubles, et à rechercher l’unité (qui n’est pas l’uniformité).

Katia, sur le site de Kana, et Claire, sur le site d’Éphèse-Nazareth, animent cet atelier.