Grégoire va nous parler des oubliés des oubliés…

Le mercredi 27 mars, à 16h, nous accueillerons Grégoire Ahongbonon pour un temps de partage où il pourra nous présenter son engagement en faveur de ceux qu’il appelle « les oubliés des oubliés »…
Grégoire Ahongbonon, béninois, nommé «Africain de l’année 2015», crée, depuis
plus de 20 ans, des centres pour accueillir, soigner et réinsérer des personnes
que l’on croit ensorcelées et contagieuses à cause de leur maladie psychique.
Ce temps sera suivi d’une messe à 18h pour ceux qui le souhaitent.

P1020019 webIls sont épileptiques, schizophrènes, bipolaires ou dépressifs. Leurs crises imprévisibles effraient leur famille qui préfère les oublier.

La superstition s’en mêle, les faisant considérer comme possédés. Rien ne leur est alors épargné. Dans les villes, ils errent abandonnés, nus et sans aide. Dans les villages, ils sont enchaînés à l’écart. Sous prétexte de désenvoûtement, ils  sont battus, affamés, violentés.

Ils sont les « oubliés des oubliés ».

Ils sont les compagnons de Grégoire.

 

Grégoire Ahongbonon

DSCN06500032

C’est en 1994 qu’il a commencé à prendre en charge les malades mentaux (ceux qu’on appelle les « fous », rejetés par leur village ou attachés dans la forêt). Depuis, Grégoire parcourt la brousse pour libérer, parfois de force, ces malades retenus prisonniers. Une tâche souvent compliquée par l’intervention de sectes qui, profitant du désespoir des familles, et moyennant des sommes importantes, se chargent par des châtiments corporels de chasser les mauvais esprits.

Depuis, il a créé son premier centre à Bouaké, puis 8 autres en Côte d’Ivoire, 3 au Togo et 7 au Bénin, pour les soigner et les réinsérer. La réputation de Grégoire a, depuis longtemps déjà, franchi les frontières de l’Afrique. De nombreux journalistes de la partie Nord du globe, se sont rendus sur place pour assister au détachement et à la libération de malades, filmer les scènes d’un autre âge afin de faire lever le tabou existant à ce sujet et faire connaître la situation.

D’une foi inébranlable, Grégoire est aussi d’une simplicité remarquable, mais il a tout de même reçu le 1erprix mondial de psychiatrie à Trieste, en Italie, en 1998. Il a aussi obtenu le prix d’excellence des droits de l’homme en 2005 à Genève et le prix 2010 Van Thuân Solidarité et Développement – Vatican. Enfin, il a été élu « L’Africain de l’année 2015 » à Abuja au Nigéria, véritable reconnaissance de son travail par les états africains.

L’Association « Partage Bretagne Côte d’Ivoire » de Sainte Anne sur Brivet (*), travaille en partenariat avec lui depuis 2002. Elle a construit le Centre d’accueil de malades « Saint Louis-Marie Grignion de Montfort » à Djougou au  Nord du Bénin, inauguré en 2011. Actuellement, elle  ajoute un centre de réinsertion avec construction d’ateliers qui vont permettre aux malades en voie de guérison, de se réintégrer dans la société.

Elle vous invite très chaleureusement à venir le rencontrer, l’écouter, mais aussi lui parler, échanger sur son œuvre et pourquoi pas… l’aider à la prise en charge de ces malades…

(*) pour plus d’informations sur l’association, visitez le site : http://www.partagebretagne.org

Voici une vidéo :