1 novembre 2017

Toussaint

Chers amis,

Nous sommes heureux, dans la préparation de cette grande fête où nous célébrons tous les saints, de vous partager ce que nous portons, Katia et moi, dans cette nouvelle étape de la fondation du village. Vous faites partie intégrante de cette fondation ; en effet avec tous les saints du ciel, nous nous recevons les uns les autres, nouveaux et anciens, comme des pierres vivantes de la construction qu’est le village, petite église domestique, parce que Jésus y est présent. C’est encore une fois un rappel de ce verset d’Ephésien 2, 19, qui depuis le début fortifie l’unité du corps que nous formons : « La construction que vous êtes a pour fondation les apôtres et les prophètes et pour pierre d’angle le Christ Jésus lui-même. En Lui, toute construction s’ajuste et grandit en un temple saint, en Lui vous êtes intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu dans l’Esprit ».

Ce qui nous interpelle aujourd’hui et nous presse, c’est cette parole de Jésus : « Le Fils de l’homme n’a pas de pierre où reposer sa tête ». Nous entendons, comme en écho, la détresse de tous ces frères et sœurs, toujours plus nombreux, qui n’ont pas de lieu pour se poser, pour se reposer et pour être consolés. La réponse que nous recevons de Jésus nous renvoie à l’essentiel de notre vocation : la prière et l’accueil.

La prière : dans notre intuition première l’adoration eucharistique est le centre, parce que c’est le lieu où l’on peut consoler le cœur de Jésus autant que lui console notre cœur. Dans la mesure où l’on permet à Jésus de poser sa tête sur notre cœur, notre cœur de pierre devient un cœur de chair, source de consolation et de guérison.

L’accueil : A l’image de l’autel de pierre qui est sanctifié par la présence de Jésus, nos cœurs de pierre sont transformés par l’accueil nos frères et sœurs. La famille, le couple, le foyer qui accueille console le cœur de Jésus dans l’écho de cette parole : « en vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt25, 40).

C’est ainsi que nous avons à cœur de développer les moyens que Jésus nous a donnés pour accompagner nos frères et sœurs sur un chemin de guérison. Entre autre, nous animerons une retraite chemin de guérison par la réconciliation à la Roche du Theil (du 3 au 9 décembre 2017 et du 11 au 17 mars 2018).

Ouvrir son couple, son foyer, sa maison à l’accueil, c’est ouvrir sa vie et celle de notre famille, de nos enfants à la bénédiction, à l’abondance de la Providence, c’est annoncer que le « Royaume est tout proche, qu’il vient jusqu’à nous » (Lc 10,9). Nous réalisons toujours plus, alors que nous célébrons les 19 ans de la fondation du village combien cet appel est prophétique pour l’Eglise et pour le monde et comment le Seigneur réalise sa promesse.

En effet depuis quelques temps nous rencontrons différentes personnes qui veulent développer un lieu d’accueil.  Ces appels ou ces initiatives nous confirment qu’il ne s’agit plus seulement de l’accueil des « pauvres » mais bien du salut de l’Eglise et de la famille comme le dit  le pape François dans sa lettre : « La joie de l’amour ». Ainsi la fondation de petits foyers d’amour avec l’eucharistie et l’accueil de personnes fragiles est vraiment dans le souffle de l’Esprit aujourd’hui pour l’Eglise. C’est ainsi que nous sommes amenés à être à l’écoute et à accompagner différents couples qui reçoivent cet appel. Il y a beaucoup d’initiatives en gestation que nous verrons bientôt éclore pour la plus grande gloire de Dieu et la venue de son Royaume.

Nous sommes depuis le 29 septembre à May en Multien, à 15 km de Meaux en Seine et Marne. Nous avons la joie de retrouver les grâces du début de la fondation et en même temps les combats. Nous ne commençons pas à zéro, notre ami Jean-Paul a créé l’association « La Présence » il y trois ans. C’est un très beau lieu avec beaucoup de possibilités, ateliers, création de deux foyers, parc, jardin. Une première tranche de travaux a permis la rénovation extérieure de la maison principale et la restauration d’une maison familiale que nous habitons. Une deuxième tranche de travaux est prévue cet hiver pour rénover huit chambres et restaurer la chapelle. Nous avons commencé avec deux personnes résidentes : Emma qui avait passé cinq mois au village et Gabriel qui nous vient du Mexique. Une jeune fille, Nathalène, qui avait passé six mois au village, a choisi de se former auprès de nous tout en continuant des études par correspondance.

Ce qui nous réunit avec vous tous amis du village, et qui est intrinsèque au village, c’est bien la conscience et l’affirmation que c’est Jésus qui est au milieu de nous. Donc tous ensembles, avec tous les anges, avec tous les saints, nous rendons grâce pour la fécondité qu’Il veut nous donner.

Merci de votre fidélité, de votre prière et de votre aide qui nous donnent  la force pour oser avancer toujours plus dans la foi.

Katia et Nathanaël