Témoignage du Père Willi Selman, smm (Société Missionnaire Montfortaine)

MONTER AU SYCOMORE

Dans l’histoire de Zachée dans l’évangile, il nous est très clairement montré que Zachée, le collecteur d’impôts, avait un très fort désir de rencontrer Jésus. Il avait entendu parler de Jésus, et il ne voulait pas s’arrêter là. Il voulait rencontrer et entendre Jésus en personne. Un désir si fort qui le poussa à grimper en haut du sycomore. Imaginez-vous !! Quelqu’un ayant un statut social assez élevé dans la société, prêt à abandonner toute cette estime de soi, qui grimpe dans un arbre. Il était fasciné par Jésus. Et sans hésitation, Jésus a répondu à cette insouciance en visitant la maison de Zachée et en mangeant chez lui. Jésus ne se souciait pas des commentaires négatifs des gens sur sa visite à la maison de Zachée. Rencontrer Jésus convertit Zachée. Il a promis, devant la foule, que la moitié de ses biens serait donnée aux pauvres et s’il extorquait quelque chose à quelqu’un, il lui rendrait quatre fois plus.

J’ai commencé à partager mon expérience avec le village Saint Joseph en écrivant sur Zachée, d’autant plus que le nom donné à la maison du Village Saint Joseph au Calvaire est le Sycomore. Dans l’histoire de Zachée rencontrant Jésus, ce sycomore est au milieu d’une foule de gens qui veulent voir Jésus. Tout comme la maison du Village Saint Joseph au Calvaire, qui se situe au milieu de la « foule » de visiteurs qui vient sur le site du Calvaire, environs 12 000 à 15 000 personnes par an. Alors idéalement, la présence de la maison Sycomore peut être un lieu pour voir Jésus plus clairement, puis avoir une conversation avec Lui, ce qui a alors un impact sur la transformation de soi ou le repentir et aimer de plus en plus les « pauvres » .

J’ai agi comme Zachée qui a grimpé au sycomore, pour mieux voir Jésus, parler et l’écouter. J’ai commencé par prier régulièrement avec le Village Saint Joseph tous les lundis soir. Puis après quelques mois, je leur ai proposé de célébrer l’Eucharistie communautaire tous les mardis. Lentement, j’ai appris à les connaître. Et parfois certains partagent leurs expériences avec moi.

Je suis fasciné par la façon dont ils maintiennent l’esprit de la communauté. Ils commencent leur journée en méditant sur les Écritures. La Parole de Dieu guide toute leur journée. Ils maintiennent le partage en communauté, travaillent ensemble, jardinent, mangent ensemble, prient ensemble et prient les uns pour les autres, l’adoration, l’eucharistie. C’est leur façon de rester avec Jésus toute la journée.

Et j’apprends d’eux. J’ai appris à ne pas oublier de prier pour les autres, à être fidèle dans la routine parfois ennuyeuse, à apprendre à se comprendre, à apprendre à être prêt à s’écouter, et surtout à aimer chaque personne avec toute son unicité. Je réalise aussi de plus en plus que pour être toujours dans l’atmosphère idéale de la vie chrétienne, il ne suffit pas de faire un bon programme pour le quotidien ou de compter sur la liberté personnelle et la conscience. La conscience ne surgit pas d’elle-même. Il a été créé en raison de l’autodiscipline pour obéir aux programmes quotidiens qui ont été déterminés. Et l’obéissance commence par être humble, modeste et la capacité de contrôler la liberté afin qu’elle soit conforme aux objectifs de vie à atteindre.

Ces valeurs de vie ont également été transmises par Saint Montfort. Il est comme Zachée. Captivé par Jésus et désireux de toujours rencontrer et écouter Jésus. Montfort a trouvé Jésus dans les personnes petites, pauvres, malades et souffrantes. En son temps, Saint Louis de Montfort est allé directement au milieu des pauvres et dans la rue à la rencontre des sans-abris. Il s’est également consacré aux hôpitaux pour réconforter et soigner ceux qui souffraient et même garder les cercueils. Il a proclamé et enflammé l’amour de Jésus. Il est venu avec un zèle ardent pour annoncer Jésus, surtout pour faire en sorte que tous ceux qui souffrent qu’il rencontre soient des enfants très aimés de Dieu. Il proclame Jésus non seulement avec sa bouche, mais il l’applique dans sa vie avec eux. Il mangeait, travaillait et restait même avec ceux qui souffraient.

Dans le Village Saint Joseph, ils l’ont fait. Tous ceux qui sont venus ne se connaissaient pas au début et sont venus avec tous les problèmes auxquels ils étaient confrontés. Dans le Village Saint Joseph, ils sont devenus une seule famille, sont devenus frères et sœurs. Ils forment une communauté fondée sur l’amour de Jésus. Ils établissent un programme de vie quotidien clair et le vivent fidèlement. Et en conséquence, j’ai moi-même vu des changements positifs surprenants de la part de chaque résident. La fidélité à la routine de cette vie communautaire, crée une prise de conscience des vraies valeurs de la vie telle que souhaitée par Jésus, ce qui apporte alors bonheur et joie à chacun.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *