Témoignage d’Hélène : « Donner à l’autre la possibilité de se relever »

En septembre, Hélène s’est engagée avec Antoine au Village Saint Joseph de Kerlévénez. Elle témoigne de l’expérience bouleversante qu’elle vit intensément au quotidien. 

Quel est le changement le plus frappant dans votre nouvelle mission ?

La grande nouveauté pour moi a été de passer d’un cocon familial relativement tranquille à une vie communautaire avec des personnes fragilisées par la vie, que l’on nous confie et qui cherchent un lieu d’accueilfraternel, qui les portera j’espère à leur redonner confiance. C’est un apprentissage d’accueil mutuel, sans forcément connaître le passé de l’autre. Rapidement des liens se nouent au cœur d’une authentique relation. C’est aussi et d’abord parce que nous sommes portés par la présence de Jésus dans la maison, que l’on pose sur l’autre un regard d’enfant aussi bien-aimé. Et ça bouscule ! Oui, il s’agit de donner de L’Amour pour se relever.

Quelle a été votre principale préoccupation à l’ouverture du Village ?

“Je suis soucieuse que chacun trouve sa place et se sente bien au Village. L’ambiance est porteuse et la Beauté importante. Pour ma part, le beau” éduque la personne humaine. La beauté est vitale. Le cadre extérieur est magnifique : j’ai envie qu’il le soit aussi à l’intérieur de la maison. C’est un tout. La maison vient d’ouvrir donc on avance ensemble, on tâtonne. Il faut prendre le temps avec chacun et en même temps gérer la maison, gérer les imprévus, ajouter ou retirer un couvert. Je dirais que c’est l’école de la patience … même l’école de la lenteur. Il faut l’accepter. On est “éduqués” par le réel, il faut avancer sans tordre la réalité qui s’impose. On apprend aussi à prendre la personne là où elle est, avec ses idées. On cherche tous la vérité. Être capable d’entendre l’autre, ça nous remet à notre place. On n’est pas là pour sauver mais pour accompagner.

Quel est le moment de la journée que vous préférez ?

Le moment de prière et déchange autour de la Parole de Dieu le matin. Il m’oriente et me donne la nourriture pour toute la journée. On peut s’exprimer avec une grande liberté. J’aime aussi les moments à table et les discussions autour d’un atelier commun. On apprend à se connaître, on partage nos pauvretés et nos richesses. Je suis touchée par l’ardeur au travail de certains, par la joie de leurs découvertes. Les surprises viennent surtout des autres ; d’une phrase simple qui met en lumière un morceau de vérité. 

(Septembre 2020)